Annette Messager, Avec et sans raisons

Scroll Down For English

Un homme et une femme nus. Le siège du désir chez l’homme est apparent, extérieur, saisissable tandis que celui de la femme reste imperceptible laissant donc la part belle à l’interprétation. Laissons de côté ce qui la rend désirable et dont les représentations sont pléthoriques. Parlons de son désir, de ses désirs. Les désirs sensuels, sexuels et maternels ont-ils des habitats distincts ou viennent-ils tous se retrouver dans son utérus, organe mystérieux associe le plus souvent à la seule procréation. Peut-on penser à un utérus, léger, aérien, prenant son envol en vue de plus de plaisirs? Ou serait-ce perdre la raison? Je me suis posée la question devant Tututerus, 2017 une oeuvre de l’artiste Annette Messager à la Galerie Marian Goodman à Londres où elle côtoyait Désir (Desire), 2009 dans le cadre de l’exposition Avec et sans raisons.

 

J’ai également été arrêtée par l’oeuvre Mémoire Robots, 2015 qui fait allusion aux interrogations du 18ème siècle sur la possible nature mécanique de la mémoire à une époque où les robots comme ceux présents au Science Muséum sont particulièrement “humains” et où la réalité virtuelle prend ses lettres de noblesse comme dans l’exposition de Mat Collishaw.

IMG_0001

Annette Messager, Avec et Sans Raisons, Galerie Marian Goodman London, jusqu’au 27 mai 2017.

IMG_0004

A man and a woman naked. The man’s seat of désire is apparent, external, seizable. The woman’s remains imperceptible leaving room for interpretation. Let’s brush aside what makes her desirable and has been plethorically represented. Let’s consider her desire, her desires. Do her sensual, sexual and maternal desires have distincts habitats or are they all located in her uterus, mysterious organ generally mentioned alongside procreation? Can we portray a light, playful uterus flying toward pleasure or would that be beyond reason? 

I wondered as I was watching  Tututerus, 2017 by Annette Messager at Marian Goodman’s London gallery alongside Désir (Desire), 2009 in the exhibition Avec et sans raisons.

I was also struck by Memoire Robots, 2015 that evokes the 18th century interrogations about a possible mechanical memory. It is particularly pertinent to us when we can see lifelike robots at the Science Museum – and more to the point in our airports and on TV – and experience virtual reality in an exhibition such as the one presented by Mat Collishaw at Somerset House.

IMG_0005

Annette Messager, Avec et Sans Raisons, Galerie Marian Goodman London, until May 27th, 2017.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s